A Salelles-du-Bosc, l’appel des Calandretas en danger

Tèrra Maire
Les élèves de la Calandreta de Sallèles et leurs encadrants. Photo André Huan
Le dispositif des emplois aidés a servi Calandreta, il a surtout permis à des personnes éloignées de l’emploi, de se réinsérer, de se qualifier et de retrouver des perspectives d’avenir. Sa suppression laisse des dizaines de personnes sur le carreau

Suite à la suppression des emplois aidés, la Calandreta  de Salelles-du-Bosc avait reçu ce communiqué, à relayer, de sa confédération : « Depuis l’ouverture, en 1980, de sa première école associative, laïque, immersive en occitan, Calandreta joue le jeu de la gratuité de l’enseignement dans ses établissements scolaires ouverts à tous. Pour cela le recours aux emplois aidés a été, et est encore, nécessaire. Si ce dispositif a servi Calandreta, il a surtout permis à des personnes éloignées de l’emploi, de se réinsérer, de se qualifier et de retrouver des perspectives d’avenir. Sa suppression laisse des dizaines de personnes sur le carreau. »

Afin d’illustrer l’importance primordiale des auxiliaires qui apportent leur aide aux enseignants, Nathalie Font, directrice, et son équipe, ont fait réaliser un panneau par les élèves pour expliquer le rôle de ces personnes au sein de leur école et ont demandé aux enfants de lire un poème en occitan. C’est donc en acrostiches que les bambins ont écrit leurs remerciements à Olwenn, Amandine, Salma, Natalie et Patricia. Ainsi celui de Salma : « Sès la mai dolça de las ajudas, Ajudas plan, La recre es trop plan amb tu, Merci per ton trabalh, A l’escola te volèm gardar. »

Diverses disciplines sont apportées aux enfants par les auxiliaires :  peinture, sport, doudou ; ces dames sont également en charge de la garderie, cantine, récréation et du précieux rangement. L’école applique le programme de l’Education Nationale, mais tous les cours sont dispensés en occitan, ce qui est un facteur de modernité puisque les enfants sont, au minimum, bilingues et un acteur majeur du maintien de la diversité culturelle et du patrimoine vivant. La Calandreta de Salelles-du-Bosc a vu son problème d’auxiliaires résolu par la Région mais une personne est restée au chômage et une autre n’est embauchée que jusqu’au mois de février prochain ; au-delà de cette date, c’est l’inconnu.

Article de André Huan, Le Midi Libre publié le 9/10/17