Créer une école

Créer une association préfigurative pour mettre en route le projet d’ouverture d’une nouvelle école

Se retrouver à quelques familles qui partagent le désir de créer une Calandreta. Cette étape est importante car le projet ne peut pas être porté par une personne seule et le noyau initial doit être clair sur le projet.

Se mettre en liaison avec la fédération régionale compétente. C’est le meilleur moyen de connaître le projet Calandreta et de recevoir les premiers conseils quant au projet de création. C’est enfin prendre date auprès du mouvement et commencer de réfléchir aux moyens de sa réalisation.

Toujours en lien avec la fédération régionale, faire déborder, connaître la demande sociale, savoir si la zone d’implantation de la future école est en croissance démographique. La population scolaire ? Des écoles publiques ont fermé ? Le mouvement occitan est déjà représenté ? La langue es encore présente ?…

La conclusion de cette première phase est la constitution d’une association préfigurative et la demande d’agrément Calandreta.

L’association préfigurative rencontre le maire de la commune ; se trouve un local pour l’école

Quelles sont les conditions pour un local d’école ? Le bâtiment doit avoir assez de place (60m2 par classe, dortoir, salle de restauration, cour de récréation, bureau…)

L’ association préfigurative cherche son futur enseignant avec l’aide de la fédération régionale et de l’établissement d’enseignement supérieur occitan APRENE : quelqu’un de la commune qui parle occitan et qui remplisse les conditions de diplôme. C’est beaucoup mieux de trouver un enseignant de la commune qui connaisse du monde et qui puisse animer un réseau relationnel de proximité pour faire connaître l’ouverture de l’école.

L’association a un local, un enseignant et des calandrons, elle peut DECLARER l’ouverture de son école.

En France, l’État a le monopole de l’enseignement dans le respect de la liberté des citoyens. Les écoles publiques sont sous son contrôle direct. Les autres sont obligées de se déclarer et l’Etat peut y contrôler la sécurité et l’hygiène, la moralité des enseignants, et vérifier que l’école ne pose pas de problème à l’ordre public. Depuis la loi du 18 XII 1998, l’Etat peut aussi venir évaluer les compétences acquises par les enfants.