Contrats aidés : diverses actions menées le 26 septembre dans les régions !

  • La calandreta del Vernhat (Aurillac) a manifesté devant la préfecture

    Une délégation de parents, enfants et amis de l’école associative laïque et bilingue Calandreta del Vernhatt, à Aurillac, a été reçue en préfecture, en début de semaine, en raison de la suppression des contrats aidés.
    En Auvergne, trois écoles bilingues occitan\français (*) scolarisent plus de quatre-vingts enfants. «Pour cela le recours aux emplois aidés a été, et est encore, nécessaire», ont expliqué les manifestants.

    Une délégation a été reçue par la chef de cabinet d’Isabelle Sima, préfet du Cantal.

    (*) Une à Aurillac, et les deux autres en Haute-Loire, à Lavaudieu au Puy-en-Velay.

    Article de La Montagne, publié le 30/09/2017. http://www.lamontagne.fr/aurillac/social/2017/09/30/inquietude-a-l-ecole-calendreta-suite-a-la-suppression-des-contrats-aides_12570818.html

Orlhac banderole devant prefOrlhac quelques parents et enfants calandreta devant la préfecture d'aurillac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • La calandreta de Saint-Céré a rencontré le conseiller départemental qui devait porter sa parole à la préfecture. Ils ont dansé et chanté dans les rues !

    L’école occitane de Saint-Céré craint pour son avenir. Jeudi 26 septembre, de 10 h 30 à 12 heures, entre les parents, les enseignants et une partie des enfants des classes de maternelle et élémentaire de la calandreta l’Esquirol, c’est une quarantaine de personnes qui a manifesté dans les rues de la cité viscontine. La pédagogie des calandretas s’inspire à la fois de la méthode Freinet et de la pédagogie institutionnelle. Elle vise à donner la parole aux enfants, à les rendre autonomes. Elle s’appuie sur une forte implication des parents.

    À l’origine de cette mobilisation, le mécontentement lié à la politique de suppression des emplois aidés. «La calandreta l’Esquirol compte 28 élèves, répartis en deux classes de maternelle et d’élémentaire, précise la directrice Émilie Lacroix-Gaucher. Elle est soutenue par deux associations : l’une culturelle et l’autre gestionnaire. Deux enseignantes, Gwenaël Navarette et moi-même, en dispensent l’enseignement. Un emploi service civique et un emploi aidé, Stephan Halopeau, nous épaulaient jusqu’alors. L’emploi service civique n’a pas été renouvelé pour la période scolaire 2017-2018. Pour la saison prochaine, l’emploi aidé qui courait sur deux années ne sera pas renouvelé. Cette situation va mettre directement en péril le maintien de la section de maternelle de l’année à venir, d’où la grande inquiétude des parents et des enseignants.»

    La manifestation s’est ensuite rendue devant le théâtre de l’Usine à la rencontre d’Olivier Desbordes, conseiller départemental et suppléant de la députée lotoise Huguette Tiégna. Celui-ci a longuement reçu la délégation et enregistré les revendications.

    À l’issue de l’entrevue, Olivier Desbordes assurait : «J’ai bien pris la mesure de vos soucis et de votre inquiétude. Je les transmettrai dans les meilleurs délais à Monsieur le préfet.»

    Selon la directrice, «Les soixante et onze établissements calandretas en activité sur le territoire vont se retrouver dans la même situation que nous.»

    Adaptation de l’article de La Dépêche du Midi. Article publié le 2 octobre. http://www.ladepeche.fr/article/2017/10/02/2656671-la-politique-des-emplois-aides-menace-la-calandreta-l-esquirol.html#

    San cere San cere 2

  • Protestation à la calandreta d’Orange

    Orange

  • Les calandrons de la Calandreta Artics ont pris la parole !

    22007450_370795566667999_4920676765788475234_n

    21768187_1119863024816294_3994650945515959317_n Artics22007424_1119862848149645_7077456975697710485_n Artics22089219_1119862818149648_4485068630843498680_n Artics