La calandreta de Limoges espère un nouvel essor de l’occitan

 La calandreta de Limoges, école en langue occitane, porte beaucoup d’espoirs avec le « rattachement » du Limousin à la Nouvelle Aquitaine. Ses responsables espèrent que l’occitan va bénéficier d’un nouveau regard et d’un nouvel essor.
A la calandreta de Limoges, comme dans toutes les écoles en langue occitane du sud-ouest, l’occitan est la règle, c’est une école en immersion. Mais à Limoges et en Limousin, l’occitan est une exception alors qu’il est beaucoup plus répandu dans le sud-ouest. Il est aussi beaucoup plus enseigné et la région Nouvelle Aquitaine consacre 3 millions d’euros par an aux langues régionales dans son action pour la culture et le patrimoine.
 La calandreta de Limoges accuille 60 élèves cette annéeLa calandreta de Limoges accueille 60 élèves cette année © Radio France – Jérôme Edant

Un nouveau regard et un nouveau soutien ?

Pour David Dalo , le président de la calandreta de Limoges, être dans le bain de cette Nouvelle Aquitaine et de l’occitanie peut amener un changement de regard des collectivités et des institutions locales, une prise de conscience que l’occitan fait partie de la culture et du patrimoine local. Un patrimoine qu’il faudrait soutenir…

Les responsables de la calandreta de Limoges espèrent aussi des retombées concrètes et plus immédiates, comme la traduction de livres et de manuels scolaires en occitan limousin. Le réseau des calandretas du sud-ouest, avec qui elle a déjà beaucoup de contacts, peut les y aider, tout comme un soutien de la part de la Région Nouvelle Aquitaine.

Et puis la calandreta regarde aussi vers le Rectorat car dans les collèges de l’académie de Limoges, il n’y a qu’un seul professeur d’occitan partagé entre Seilhac et Tulle. Les défenseurs de l’occitan espèrent qu’être désormais rallié à Bordeaux, cela change la donne et cela permette de développer l’enseignement public de l’occitan dans le secondaire.

Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin. Lundi 26 septembre 2016.