Le Puy en Velay : le festival Calandreta

 

Serada Puèi de Velai

Nouveau venu dans le paysage culturel de Haute-Loire, le festival Calandreta se déroule depuis samedi matin au Puy-en-Velay en mettant à l’honneur l’occitan.

Né de la volonté « de consacrer toute notre énergie et notre temps sur un seul événement », le festival Calandreta a vu le jour cette année au Puy-en-Velay pour mettre en avant l’occitan.

Pour cette première édition, les organisateurs n’ont pas été gâtés. « Nous avons annulé le concert prévu vendredi soir. Le groupe n’a pas pu arriver à cause de la neige », explique Gaëlle Rostaing-Nurit, membre de la commission communication du festival. Même chose samedi matin avec le jeu de piste au coeur du marché ponot à cause du manque de marchands.

Une visite guidée dans les rues du Puy

Qu’à cela ne tienne, le quiz prévu samedi à midi a rassemblé beaucoup de monde au sein du P’tit café, place du marché couvert avant un pot amical offert par l’organisation.

À 14 heures, Aline Leveque prenait les rênes d’un groupe d’une vingtaine de personnes pour une visite guidée et scénarisée du Puy-en-Velay, Sous les pavés, l’Occitan. Du marché couvert à la place du Martouret, en passant par la rue Pannessac, Raphaël, des Tables et la cathédrale du Puy-en-Velay, les participants ont découvert l’histoire de la ville, les anciens noms de rues en occitan… Une visite guidée ponctuée par des intermèdes musicaux, en occitan, bien évidemment.

Extrait de l’article de l’Eveil de la Haute Loire publié le 27/01/18

La manifestation culturelle organisée par l’école Calandreta Velava du Puy, a proposé une large déclinaison du bilinguisme franco-occitan, durant tout le week-end.

Le rendez-vous que propose chaque année l’école franco-occitane Calandreta Velava du Puy, Lo Festenal, avait dû annuler sa première soirée, ce vendredi 26 janvier 2018, suite aux chutes de neige.
Mais l’énergie collective et communicative des parents d’élèves qui font vivre cette association a permis que se maintienne la suite des réjouissances.
Le public a hélas timidement répondu présent, en tout cas chaleureusement motivé en ce qui concerne les personnes qui se sont déplacées en ce week-end délicat sur les routes.

Le P’tit café, point stratégique de l’évènement, place du marché couvert, a notamment accueilli un quizz occitan, en présence du maire du Puy-en-Velay, Michel Chapuis. Ce dernier a pu vérifier que si les parents ne sont pas forcément locuteurs, les enfants scolarisés à la Calandreta – les calandrons – sont quant à eux garants de l’inscription de cette langue dans la culture contemporaine. Un moment décalé, que ce quizz, proposé par un duo à l’humour décapant – Fenja Abraham et Peter Loiseleur – qui a stimulé les esprits quelque peu engourdis par la neige grasse.

Le moment tant attendu de la Dictada

Autre moment incontournable de ce Festenal, attendu chaque année de pied ferme par les occitanistes : la dictada. Organisée en partenariat avec l’Institut d’études occitanes de Haute-Loire (IEO 43), dont le président Christian Chabanon a procédé à la lecture, la dictée occitane est un moment de confrontation au paradoxe de cette langue. Si littéraire quelques siècles en arrière, elle s’est peu à peu déclinée en une foultitude de patois s’étant transmis presque exclusivement oralement depuis que le Français l’a supplantée.

Tifa Tafa
La conteuse Malika du duo Tifa-Tafa (qui a enchanté le public du centre Pierre-Cardinal, ce samedi soir) l’assure : « n’ayez pas peur du bilinguisme, c’est juste un bon moment à passer.»

J.J.

Extrait de l’article paru dans ZOOMdici.fr le 28/01/2018