Nous serons ce que nous bâtirons !

Dans le tumulte de ce début d’année scolaire où nombre de calandretas sont menacées face à la décision brutale de diminuer le nombre de contrats aidés, où enseignants et parents bricolent des solutions pour maintenir les écoles ouvertes, il est bon de se dire qu’une petite victoire est acquise en Nouvelle-Aquitaine.

Entre les exceptions accordées à l échelle départementale et l’accord donné par le Préfet de région, c’est l’ensemble des écoles qui peut souffler et fonctionner pour l’année scolaire ! S’il faut se réjouir, ce n’est pas seulement pour les calandretas de Nouvelle-Aquitaine, c’est parce que ce qui est possible ici peut l’être ailleurs !

Nous avons bataillé collectivement, associatifs et professionnels, concernés de près ou de loin, nous avons occupé les espaces médiatiques et politiques, nous avons interpellé sans relâche tous les élus. Leur soutien a été indispensable pour entamer un travail constructif avec les services de l’État et parvenir à cet accord.

La limitation drastique du recours aux CAE vient interroger le mouvement Calandreta sur ce qu’il veut pour ses personnels non-enseignants et, plus largement, sur la fragilité de ses écoles. C’est un nouveau travail collectif de réflexion qui s’annonce. Les réponses ne pourront se construire qu’ensemble.

D’ici là, après les reconductions de CAE en Bretagne pour Diwan, après ceux pour Calandreta en Nouvelle-Aquitaine, revendiquons haut et fort les mêmes solutions pour toutes les Calandreta, pour toutes les écoles immersives !