Périgueux : nouvelle tête à la calandreta

Fòto Peireguers
Mariska Rebière, nouveau visage rayonnant de la calandreta de Périgueux, s’occupe de la maternelle.

Rencontre avec une jeune enseignante de 26 ans.

Mariska Rebière, 26 ans, originaire de Saint-Pardoux-la-Rivière, est l’une des nouvelles enseignantes de la calandreta Pergosina. Rencontre avec une jeune femme passionnée des langues, titulaire d’une licence d’anglais et qui défend sa langue familiale, l’occitan.

Quel est votre parcours d’études ?

Mariska Rebière Ai passat mon bac a Sent Josef a Perigüers, apres, sei partit aus Etats-Units per passar mon bac anglés dins lo Minnesota, ai fait una licença d’anglés a Bordeu qu’a validat a l’universitat d’Oklahoma. Parle un pauc l’espanhòu, tanben. Ai fait un « Master » Mestiers d’ensanhament a l’universitat de Perigüers a la Granadiera. Apres un an de reflexion en tant que survelhanta au liceu Jay de Beaufort, ai decidat de me lançar coma regenta de calandreta .

Et pour l’occitan ?

D’en prumier, quo es una lenga qu’ai totjorn auvida parlar a la maison, en particulier chas mos grands parents, mai mos parents. Ma mair, passionada de dança m’a fait aprener las danças tradicionalas. Per aprener a escriure e ensenhar, ai seguit e segue totjorn lors cors de Joan Ganhaire, Marisa Lasjuilliarias e Micheu Chapduelh qu’ai apres a coneitre a l’Escòla Occitana d’Estiu a Vilanòva d’Olt. Dau monde que m’an apres totplen de chausas.

Comment se passent les journées à la calandreta ?

Plan ben, sem doas regentas, coma Olivia Mullier, la directriça. Sei en charja de la mairala, 19 goiassons de tres a cinc ans. Quo es una « pedagogia institutionala d’inspiracion Freinet ». Començam la jornada emb « Que de nuòu ? », avem « Lo conselh », mai « La monuda ». Los eslevas son en imersion occitana. De segur parlam francés tanben e fasem de l’iniciacion a l’anglés. Vesetz, tot çò qu’ai apres me serv dins mon noveu mestier.

L’ambiance est-elle bonne ?

L’ambiant de l’escòla es plan bona, familiala. Los parents son plan implicats e balhan la man. Sem asociats a las decisions, nos sentem bien sostenguts. Quo es l’ambiant que cerchava, justament. En mai de quò, quò me permet de parlar e far viure l’occitan e de botar en pratica tot çò qu’ai apres. Rencontram dau monde plan interessats e motivats per la lenga.

Publié le 27/11/2017 dans Sud Ouest par Denis Gilabert

Per ne’n saber mai, de veire : occitan.blogs.sudouest.fr.