La calandreta de Castres a ouvert ses portes

L’école bilingue «La Calandreta», 47 rue Marcel Briguiboul, ouvrait grandes ses portes récemment au public. Au seuil de la porte, une maman d’élève guidait les visiteurs et témoignait ainsi de l’implication des parents.

Un école adepte de la pédagogie Freinet.

Valery Vidal dirige cette école associative qui accueille 63 élèves et présente les caractéristiques de cette structure : «L’enseignement de l’occitan, une immersion linguistique, la pédagogie Freinet qui favorise de nombreux projets entrepris par petits groupes et encourage l’autonomie. Les enfants choisissent leurs activités ; approche sensorielle, vie pratique, découverte du monde…» Sorties culturelles ou classes vertes ou bleues, marché de printemps géré par les enfants, projet carnaval avec les autres Calandreta du Tarn (5 en tout) figurent encore au programme du lieu.

«Les enfants sont acteurs de leur apprentissage», ajoute Delphine, l’une des institutrices. L’équipe pédagogique, les animateurs hors temps scolaire, directeur du Centre de loisirs associé à l’école (Claé), et autres membres du personnel représentent une quinzaine de personnes au service de l’école.

L’écho des parents
Du côté des parents… Isabelle fait le déplacement chaque jour de Puylaurens pour accompagner ici ses enfants, appréciant particulièrement «la pédagogie, la souplesse d’organisation et l’ouverture vers l’extérieur avec des sorties vers le musée Goya, La Villégiale (chants occitans) ou encore la station d’épuration dernièrement». Des sorties dont les thèmes sont exploités en classe par la suite.

Aubin, papa d’un élève mais aussi président de l’école, lui, adhère à «la pédagogie, le bilinguisme et l’aspect associatif». Linda, maman de 4 enfants, exprime aussi tout son intérêt pour la structure : «C’est une école au caractère familial où tout le monde se connaît mais personne ne juge personne. J’apprécie l’ambiance, l’accueil, l’écoute. Les enfants ont droit à la parole ! L’enseignement tient compte du rythme de chaque enfant avec leurs difficultés ou leurs aspirations». Linda… parfaite ambassadrice de cette école où il est vrai que l’on n’oublie pas qu’avant d’être des élèves, les enfants sont des enfants à part entière.

M.M. Article publié le 28/04/2017 dans La Dépêche du Midi.