MOBILIZACION CONTRA LA SUPRESSION DELS CONTRACTES AJUDATS

Per respondre a totas las demandas recebudas a la Confederacion respècte a una presa de posicion confederala contra la supression dels contractes ajudats :

  • Le movement Calandreta apèla pas a participar a la reivindicacion del 12 de setembre. S’agís d’una reivindicacion sindicala sus la Lei Trabalh ont nòstra reivindicacion pels CUI-CAE se perdriá. Cadun es de segur liure d’i participar en son nom.
  • La confederacion Calandreta, amb las autras rets d’ensenhament associatiu immersiu (Seaska, Diwan, La Bressola, ABCM), pel biais de l’associacion ESKOLIM, interpelèt loMinistre de l’Educacion Nacionala sus aqueste subjècte.
  • La confederacion es a soscar, amb los autres sòcis d’ESKOLIM, a una mobilizacion especifica, que poirà prene mantunas formas, que se poiriá debanar lo 26 de setembre, jornada europèa de las lengas.

Aquí dejós lo modèl d’una letra de mandar als diferents prefectes, deputats, senators. Pensatz d’apausar lo lògo Calandreta en « en-cap » e las coordonadas de l’estructura que manda lo corrièr en « bas de pagina ».

                                                                                                                        Date ….

A Monsieur le Préfet de région, de département, etc…

Monsieur le Préfet,

Les difficultés engendrées par la suppression subite des contrats CUI CAE nous mettent dans une situation désastreuse, c’est pourquoi nous nous adressons à vous.

La confédération calandreta regroupe 71 établissements scolaires, primaires et secondaires, qui sont tous gérés par des associations ayant très peu de moyens.

Si les personnels enseignants de nos écoles contractualisées sont bien pris en charge par l’Education Nationale, tous les autres personnels nécessaires à la bonne marche des établissements sont à la charge des associations (ASEM, secrétaires, bibliothécaires, personnel de ménage…), ainsi que certains enseignants de nos écoles hors contrats. Beaucoup étaient embauchés grâce aux contrats CUI-CAE.

La décision aussi soudaine qu’inattendue d’arrêter ces contrats aidés met la quasi totalité de nos établissements scolaires dans de terribles difficultés ! Et ceci sans parler des personnes qui étaient en voie de recrutement et qui se retrouvent “le bec dans l’eau” !

Il est vrai que ces contrats sont précaires, mais ils ont permis à de nombreuses personnes de réussir leur insertion professionnelle et nous voyons chaque année les cas de femmes et d’hommes embauchés de cette façon, obtenir des CDI ou même intégrer notre établissement d’enseignement supérieur et devenir PE après l’obtention du concours.

Nombre de nos écoles sont aujourd’hui, par cette mesure, mises en péril. Ce qui, par rebond, met en péril l’enseignement de l’occitan dont Calandreta est l’un des acteurs majeurs.

Nous souhaitons que la “dérogation éducation nationale”, soit appliquée pour tous nos établissements scolaires quel que soit le Pôle Emploi dont ils dépendent et sans la limiter à l’accompagnement des enfants en situation de handicap .

Ceci est une supplique au représentant de l’État que vous êtes afin qu’il transmette au plus haut niveau l’impérieuse nécessité de maintenir ces emplois pour le bon fonctionnement des écoles et donc l’intérêt des enfants.

Nous comptons sur votre appui et vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de nos sincères salutations.

Pour la Federacion Regionala, déparementala, la calandreta de….

Nom et signature