Inauguracion des novèls locals de la Calandreta d’Albi

L’escòla Calandreta vei mai grand

Les écoliers sont heureux dans leurs nouveaux locaux./ Photo DDM, E.C
Los escolans son uroses dins lors locals novèls / Photo DDM, E.C

 

Djòus de ser, l’escòla Calandreta d’Albi inaugurava sos novèls locals installats al 44 carrièra Croix-Verte, a dos passes del centre-villa. La mudason de l’escòla associativa occitana, en data del 1èr de mars, es la consequéncia de la decision de la Comuna de balhar l’ancian emplaçament (Square Amirial-Abrial) al Centre social de Lapanouse-Saint-Martin-Jarlard. Una nòva puslèu plan aculhida per l’escòla que s’arrèsta pas de créisser. Mas abans que los escolans i posquèsson pausar definitivament son cartable, lo camin foguèt long. Al mes d’agost passat, quand aquesiguèron los locals,  » i aviá tot de far », explica Amelia Labat, presidenta de l’Associacion Calandreta, que gerís l’escòla e lo recrutament de las ajudas-mairalas. « Èra pas qu’un èrm, lo vuèg total ».

«Un vertadièr movement popular»

La renovacion dels locals se faguèt sus 7 meses, d’agost de 2015 al mes de febrièr passat. L’associacion Calandreta, que financèt una partida de las òbras, joslinha un « vertadièr movement popular ». Un seissantenat de benevòls, fòra los parents d’escolans, nos venguèron ajudar a tornar metre los luòcs en estat », explica la presidenta. Los professionals prestèron de material quand los particulièrs aportèron una ajuda financièra. « Mas, delà d’aquestes dons generoses, lo mond prenguèron sus son temps personal per balhar a l’escòla aquestes novèls locals. Venián trabalhar las dimenjadas e los sers en setmana », s’estona encara Amelia Labat reconéissenta.

Los benevòls, totes convidats a l’inauguracion dijòus de ser, se sentisson totjorn far partida de la vida de l’escòla e contunhan de portar de mobilièr. Un movement de solidaritat que balhèt lo mot d’òrdre del talh long dels meses : la bona umor.

Uèi, l’escòla Calandreta d’Albi es plan installada carrièra Croix-Verte. Lo crapàs e la polsa an desaparegut per daissar plaça a un luòc pròpri e sanitós. Sus las parets, se pòdon ara legir los jorns de la setmana e los meses de l’annada, en occitan. L’escòla aculhís tres classas de la tota pichòta seccion al CM2, siá pas mens de 45 dròlles que sos corses son assegurats per tres ensenhaires : dos estacats a l’Educacion Nacionala e un a la Federacion regionala Calandreta.

Revirada del artcile de F.C – LADEPECHE.fr. Publicat le 18/06/2016.

La Calandreta de Tarbes lance un crowfunding pour rénover ses locaux

La Calandreta de Tarbes lance un crowfunding pour rénover ses locauxSituée sur la route de Bagnères, la Calandreta accueille 67 enfants

La Calandreta de Tarbes lance une campagne de financement participatif pour la rénovation de l’école. L’appel au don est lancé sur l’application Hello Asso Calandreta deu pais Tarbes . Avec les fonds récoltés, l’école envisage :

1- la rénovation des salles de classes devenues vétustes
2- l’aménagement de la cour et du chemin d’accès à la Calandreta

Les Calandretas sont des écoles bilingues occitanes sous contrat d’association avec l’Education Nationale. La Calandreta deu país Tarbès a été créée en 1993. Les calandretas sont des écoles associatives laïques de loi 1901. Chaque école est soutenue et gérée par une association constituée par les parents d’élèves.

Calandreta utilise la méthode d’immersion linguistique dès la maternelle afin de valoriser et de développer les capacités des enfants à acquérir très jeunes une deuxième langue. L’éducation bilingue débouche sur une véritable ouverture multiculturelle, ce qui amène les enfants à appréhender la diversité dans le respect des différences.
La langue occitane est à la fois le centre et le cœur du patrimoine, propre à la région, qui donne à l’enfant ses racines et son identité. Calandreta aspire à faire aimer notre langue et notre culture. L’occitan est la langue enseignée et enseignante.
La Calandreta deu País Tarbès accueille 67 enfants répartis en trois classes :
toute petite section, petite section, moyenne section, grande section, CP, CE1, CE2, CM1, CM2.

J | 7 juin 2016Tarbes7.fr

 

Calandreta e Ikastola acampadas dins lo meteis luòc

 

calandreta et ikastolaLes responsables de Calandreta et Seaska ont détaillé leur projet d’école par immersion © PHOTO M.-C. I.

Divendres, un quinzenat de familhas participèron a l’acamp organizat per Calandreta e Seaska per presentar lor projècte de creacion d’un grop escolar en immersion gascon-basc, au Bocau, en preséncia d’un detzenat d’elegits : lo conse de Bocau, la deputada, lo conselhièr departamental, mantuns representants d’associacions bascas e gasconas.

Segon los organizators, lo projècte es innovant. S’agirà de mutualizar de locals en tot crear d’establiments juridicament distincts – un per cada lenga – cadun en contracte e reconegut per l’Educacion Nacionala, gerit per una associacion (parents, etc…)

La causida d’un projècte d’implantacion d’una Ikastola a Bocau foguèt determinat pel recensament d’un potencial d’un trentenat d’enfants de Bocau, Tarnos et de Senhans escolarizats dins las Ikastola de l’aglomeracion. De mai, Bocau seriá la sola comuna dels Pirenèus-Atlantics de mai de 5 000 estatjants de pas aver son Ikastola.

Per la dintrada de 2017

L’objectiu de las doas associacions es de dobrir de classas de mairala per l’aprendissatge del basc e del gascon, en immersion a la dintrada de 2017, puèi de perseguir amb la dobertura, cada annada, de nivèls novèls. Segon lo responsable de Calandreta, basta de 4 a 5 enfants de 2 a 4 ans per dobrir una classa de mairala en gascon, lo complement d’efectiu monta en cors d’annada per emulacion.

Es relativament optimista : « aquí sèm en Gasconha. » Emai se a la fin de la serada una sola familha aviá mostrat son interest per una Calandreta contra uèit familhas interessadas per una Ikastola.

Concuréncia public-privat

Abans, pendent la presentacion de caduna de las escòlas, los responsables de las associacions organizatrices lausèron las vertuts de l’immersion que « consistís a immergir l’enfant dins un banh lingüistic tot al long de la jornada ».

Lo conse, Francis Gonzalez, diguèt sa preferéncia per l’immersion, lausada per Seaska, a las classas bilingüas de l’ensenhament public, defendudas per una participanta que citava l’experiéncia de l’escòla publica de Sant Martin de Senhans.

La question de la concuréncia entre escòlas publicas bocalèsas e escòla privada Ikastola o Calandreta foguèt abordada jos l’angle dels efectius, una classa de mairala bocalèsa estent menaçada a 4 o 5 inscripcions prèp (« Sud Ouest » del 15 de febrièr).

Marie-Ange Thébaud, adjoncha al conse, s’es volguda rasseguranta e estima que l’escòla publica « patirà pas d’aquesta dobertura ».

Revirada de l’article de Marie-Claude Ihuel – Sudouest.fr –  lo 7 de junh de 2016

 

 

 

La SETMANA

La Setmana qu’ei un setmanèr sancerament en lenga occitana editat per la societat Vistedit despuish 1995.

La societat que publica tanben Plumalhon e Papagai.

Plumalhon que s’adreça aus petits a partir de 8 dinc a 12 ans. Lo vòste pichon que poderà legir istòrias, contes, bendas d’imatges, har jòcs, etc… .

Papagai qu’ei lo petit hrair de Plumalhon, que s’adreça meilèu aus pichons de 4 a 8 ans.

Vistedit, 1 arrua de Satao, BP 50486, 64238 Lescar — Tel : 05 59 81 02 59

Mèl :plumalhon@wanadoo.fr o lasetmana@wanadoo.fr

Telecargar lo bulletin d’abonament per La Setmana ací

Telecargar lo bulletin d’abonament per Plumalhon e Papagai ací

 

 

 

Mobilisation pour une politique linguistique occitane dans les Pyrénées-Atlantiques

Tòca-i se gausas ! C’est avec la célèbre mise en garde de Gaston Phébus que des militants occitans ont manifesté hier à Pau et ce matin encore. Ils protestent contre une baisse programmé du budget dédié à la politique linguistique par le département des Pyrénées-Atlantiques. Il est vrai que le programme Iniciativas était le plus ambitieux au niveau des départements. Ce budget pourrait être réduit de manière drastique et risque d’être voté dans les prochaines heures.

Action hier. Photo des militants

Action hier devant le conseil départemental de Pau. Photo du collectif

Ce n’est pas la première action menée par les Occitans en Béarn pour demander plus de moyens et plus de visibilité pour la langue. Avec gain de cause en matière de budget car c’est le département qui donnait le plus pour l’occitan.Ce matin encore, devant le Parlement de Navarre, ils ont mis la pression sur les élus et sur le président Jean-Jacques Lasserre. Le conseil départemental du 64 risque donc de mettre à bas ce qui a mis beaucoup de temps pour se construire. Sur son blog, David Grosclaude réagit et remarque que cette décision intervient quasi jour pour jour 1 an avec le début de sa grève de la faim.  Plus d’informations sur le site Facebook du Collectif.

Ce matin. Photo du collectif

Une universitaire suisse soutient les Calandretas

Christianne Perregaux ./Photo DDM
Christianne Perregaux ./Photo DDM

Christianne Perregaux, professeur honoraire de l’université de Genève en psychologie et sciences de l’éducation était l’invitée d’honneur de l’école occitane pour une conférence sur le plurilinguisme. Ayant travaillé dans le domaine des pluralités linguistiques et culturelles, elle a également mené un certain nombre de recherches avec mise en pratique de l’éveil aux langues (langues minorées). Objectif : stimuler la curiosité des enfants sans être dans leur apprentissage mais plutôt dans l’éveil en développant des attitudes avec un aspect plus social d’un rapport à l’autre.

«L’occitan ne doit pas être une langue musée»

«Je suis sensible à ce que j’ai entendu sur les Calandretas avec à la fois la réappropriation de l’occitan et la créativité du futur. Il y a dans ce type d’école un projet de société qui me semble particulièrement fort de par son histoire mais aussi par le fait de considérer cette langue comme porteuse d’éléments forts pour l’avenir. Je considère les Calandretas comme un espace de développement durable qui, malgré la mondialisation, montre l’importance sociale et politique de chacun.

En effet la pédagogie de l’école est pour moi importante car la parole des enfants est prise au sérieux. Cet élément du développement durable est le fruit d’une démarche citoyenne car cela concerne non seulement une école mais aussi la société qui l’entoure. C’est une langue qui leur appartient et plus il y a de gens qui les rejoignent, plus cette langue revivra».

À la question d’un auditeur qui se demande si l’apprentissage de cette langue est juste une démarche pour des raisons affectives (mue par une nostalgie du passé) ou bien un outil pédagogique ?

«On est dans la phase de réappropriation d’une langue qui ne peut donc être faite que comme outil pédagogique, mais qui doit servir à ce qu’elle ait un sens, qu’elle ne soit pas juste passéiste, ni folklorique ni une langue musée».

Tolosa Inauguracion Collègi Calandreta 24 05 2016

Joan-Lois BLENET coma co-president de calandreta assegurèt l’impetiosa necessitat d’una filiala Calandreta dins la novèla region Occitanie. Tanben confirmèt la necessitat republicana del sosten dinerièr de las autoritats politica abans l’agrement de l’Estat dels establiments Calandreta (escla, Collègi e Licèu). Mai i aurà dels convencionaments, mai las universitats seràn asseguradas d’aver estudiants de bon nivèl lingüistic.